Site national de

la Fédération

pour une Alternative

Sociale et Écologique

(FASE)

Alternatives écologiques

energies-alternatives

Informations, analyses, propositions...

Édito du 15 octobre 2014

Quand Valls apprend l'anglais... les chômeurs trinquent


« M. Valls donne l’impression de n’avoir aucune idée de gauche » déclare Maurice Fraser, directeur de l’Institut européen de la London School of Economics. Il a bien raison. Valls se met au niveau de Rebsamen, le chasseur de chômeurs, dans la ligne de la droite la plus classique et du MEDEF. Le mal-traitement des chômeurs de cette « gauche » néo-libérale nous rappelle Charasse, un ministre socialiste qui, en 1992, avait lancé une campagne sur les chômeurs fainéants ou fraudeurs que l'on devait contraindre à reprendre un travail.

 
Depuis cette période, on sait pourtant que le dispositif de contrainte mis en place ne fait pas baisser le chômage. La dégressivité des allocations (l'AUD) diminue le montant des allocations pour celles et ceux victimes d'un chômage qui dure. « Mise en œuvre de 1992 à 1996, elle aurait ralenti le retour à l'emploi » concluent des chercheurs (ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 343, 2001 – 3) dans une des rares études disponibles sur le sujet.

 
Cette sanction (la baisse des allocations) a été abandonnée par les partenaires sociaux (MEDEF et CFDT) qui l'avaient mise en place. Cette ineptie économique aux conséquences sociales et humaines ravageuses semblait définitivement vouée aux poubelles de l'histoire. C'était sans compter sur le MEDEF qui lutte sans relâche pour obtenir la baisse de ses cotisations sociales et a aussitôt soutenu la proposition de renforcement de la dégressivité.
C'était sans compter aussi sur les sociaux libéraux désireux de montrer qu'ils sont vraiment libéraux. Rebsamen s'est aventuré sur ce terrain du « renforcement du contrôle »   ! On sait ce qu'il en est    : un « renforcement » ce sont des radiations en plus, des chômeurs qui se font briser parce qu'ils ne savent ni frauder ni se tirer des procédures déjà répressives du contrôle de recherche d'emploi. Aujourd'hui, des milliers de chômeurs en font les frais : désinscription ou suspension provisoires des allocations, des mesures bonnes pour les faire basculer dans la misère. Quand ce ne sont pas des demandes de remboursement destinées à étouffer des personnes au RSA (Lire... et lire...).

 LIRE LA SUITE...

 

Retrouvez-nous sur :

twitter-bird-blue-on-white   facebook gplus-64 

Des documents de référence

La FASE participe au

front de gauche


Des tracts d'actualité

Vous êtes ici : Accueil